EXMOUTH : BIG MOUTH of the BIG ONE

10 & 11 Juin : Réveil 6h45 pour prendre la navette de 3 Islands Ningaloo pour aller nager avec les requins baleines. Elle arrive pile à 7h45 comme convenu et… Ouf ! Notre plus grande crainte est levée en un coup d’œil : aucun Chinois parmi les passagers du mini-bus !!!  Vous imaginez le cauchemar : vous déboursez 800 $ à deux pour réaliser votre rêve et vous passez toute la journée sur un bateau de 20 m² avec 18 Chinois ! On commence par un snorkeling pour tester le matériel dans les ‘Ponies’ = patates de corail. 2 étranges poissons chats tout noirs avec 4 grosses babines, un banc de puffers (= poisson globe sans épines) qui ne bougent pas et que l’on peut approcher sans qu’ils bronchent. Puis on passe la barrière de corail et dès la pleine mer, toute une organisation impressionnante se met en place. Nous comprenons alors mieux le prix demandé : 1- Le requin baleine est très difficile à repérer. Aucun aileron ne dépasse contrairement aux autres requins et aux dauphins, tout juste si l’extrême pointe de la queue sort de temps en temps. Du coup chaque bateau a besoin en permanence d’un avion au-dessus pour les repérer puis pour diriger le bateau. En effet la trajectoire du monstre n’étant pas rectiligne loin s’en faut, il faut en permanence que le pilote d’en haut indique au pilote d’en bas quelle direction il prend. Et comme le requin baleine avance relativement vite, il faut en plus un zodiac qui indique dans les derniers mètres la position précise aux nageurs. Donc une sacrée logistique est nécessaire ce qui explique une bonne partie du coût des opérations. 2- Des règles de protection strictes sont imposées pour ne pas déranger l’animal. Il ne faut jamais les toucher, ni être devant lui pour ne pas perturber sa trajectoire. Le nombre de nageurs autour d’un requin est limité à 10. Les 2 groupes de 10 partent chacun avec une monitrice loin devant et une derrière chacune agitant un bras en permanence hors de l’eau pour indiquer dans quel direction il avance de façon à ce que le zodiac (qui récupère au fur et à mesure ceux qui s’épuisent), le bateau, et le second groupe sachent à tout moment où se trouve le requin. Car il avance plus ou moins vite en suivant les flux de plancton. Et comme ce n’est pas une baleine mais un requin, donc pas un mammifère, il n’a pas besoin de respirer à la surface. Et donc il plonge très souvent suivant les colonnes de plancton, et on ne le revoit plus. Et c’est arrivé 7 fois avant de pouvoir voir le premier. L’avion passera 4 heures au-dessus de nous à les repérer à un ou deux kilomètres au large du reef sur une longueur d’une trentaine de km. Mais quand le monstre vous arrive dessus avec sa bouche de plus d’un mètre grande ouverte, quelles sensations !!! Il est somptueux avec son costume bleu à points blancs, différent pour chaque individu (ce qui permet de l’identifier). Une dizaine de rémoras dont certains de plus d’un mètre ne le lâchent pas d’une nageoire. Tant qu’on ne s’essouffle pas et qu’il ne plonge pas, ces instants magiques peuvent durer plus de dix minutes.  En plongée, comme cela avait été le cas à Kho Tao en Thaïlande, il est impossible de le suivre aussi longtemps. Car avec tout l’équipement bouteille et en profondeur, on avance bien moins vite qu’avec un simple masque et en surface. On peut s’approcher à 3 mètres et vu qu’il mesure plus de 6-7 mètres, on a vraiment m’impression d’être le nez dessus. Nous nagerons à 3 reprises auprès d’un de ces géants puis sur le chemin du retour aurons d’autres belles surprises : nous verrons sauter 3 raies mantas, nous apparaître 2 dugongs (toujours aussi furtifs, ils respirent 2 secondes à la surface et replongent aussitôt), et un requin tigre tourner autour d’une des nombreuses tortues vivant dans le secteur (vous pourrez d’ailleurs les voir pondre sur la plage près du Lightouse entre décembre et mars). Oui, aussi incroyable que cela puisse paraître, ces requins tigres se nourrissent essentiellement de tortues qui font tout de même 1 à 2 mètres de diamètre. Ils s’y attaquent carrément en les serrant entières, carapace comprise, dans leurs énormes mâchoires.

Infos pratiques sur Exmouth et le Cape Range National Park : Quelques explications préalables sur l’organisation un peu particulière de la presqu’île d’Exmouth, car là encore une fois que l’on a compris, tout est beaucoup plus simple. Une seule route arrive du Sud à Exmouth. Depuis Coral Bay en particulier 170 km sans rien à part de magnifiques termitières. Au-delà d’Exmouth, encore rien ou presque jusqu’au bout de la route qui fait le tour du cap, puis redescend vers le Sud jusqu’à Yardie Creek où la route s’arrête en cul-de-sac. Seuls les 4×4 peuvent continuer plus au Sud jusqu’à retrouver Coral Bay si les conditions sont OK. Le long de ces 80 km se trouve l’unique barrière de corail d’Australie accessible depuis la côte, le Ningaloo reef. C’est pour lui que vous allez venir car il permet un snorkeling magnifique depuis la voiture quasiment et qu’il attire le plus gros poisson du monde jusqu’en juin, le requin baleine, la grande vedette ici. Et cela se comprend : c’est un des rares endroits du monde où vous pouvez le voir presque à coup sûr. De juillet à octobre, une autre grosse vedette fait son show au large, la baleine Humbpack.

Du phare (lighthouse) au Nord du Cap jusqu’à Yardie Creek au Sud, aucun hôtel, aucun ravitaillement. Uniquement des emplacements de camping dans les  petits ‘camps’ tout le long de la côte dans le Parc National mais très très vite pleins quand le requin baleine est dans les parages soit jusqu’en juin. On a même eu l’impression que le panneau ‘’Complet’’ à l’entrée du Parc est devenu  Réserver très à l’avance sur le site du Parc de Cape Range.

– Plonger avec le requin baleine : si vous faîtes autant de km c’est pour nager avec lui. Rassurez-vous tout est très bien organisé pour cela. 9 compagnies font exactement la même chose pour exactement le même prix : elles vous récupèrent le matin tôt à votre hébergement à Exmouth et vous amènent de l’autre côté de la presqu’île à l’Ouest à Tantabiddi où une annexe vous amènera jusqu’au  grand bateau (20 personnes). Il sera guidé par avion pour pouvoir vous amener pile où se trouve le géant des mers. Vous rentrerez vers 16h30. C’est hors de prix (395 $) mais la logistique nécessaire le vaut probablement et surtout c’est une expérience qui vous marquera à vie. Nous avons choisi ‘‘3Islands’’ comme opérateur car ils sont N°2 Trip advisor et ce sont les seuls à vous donner le CD des photos prises sous l’eau alors que les autres le facturent entre 30 et 50 €. Et  ils ont été vraiment au top. Jeune équipe pleine d’humour et très pro, ils se mettent en 4 pour que l’on puisse en profiter le mieux possible et les photos sont de qualité.

One thought on “EXMOUTH : BIG MOUTH of the BIG ONE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *