KHO TAO : AQUA d’en Haut, AQUA d’en bas

Du 28 au 30 Avril : Débarquement de bon matin sur l’île de Kho Tao après une nuit dans le bus suivie d’une traversée de 1h30 de catamaran rapide. Après le déluge surprise de la veille à Bangkok, il a plu toute la nuit, nous arrivons sous la pluie, et nous aurons 3 jours de pluie. Aqua d’en Haut, c’est la mousson en pleine saison sèche ! Alors quitte à être trempés, autant aller plonger, aqua d’en bas. On enchaîne direct avec  le passage du niveau I pour Joëlle, et Phi ayant eu vent qu’un requin baleine tournait autour des Chumphon Pinnacles y plongera. Et bingo : il y était encore !

Oui, c’est vrai, on a l’air un peu cons avec la main sur la tête, mais c’est le signe du requin pour les plongeurs.

Et Bingo ! Jöelle ne sera plus obligée de faire des baptêmes à chaque fois, elle a réussi son Open Water Diver SSI.

Et comme on veut encore plus d’eau, on ira snorkeler pendant 2 jours autour de l’île. Nous avions amené nos PMT (bonne idée malgré le poids car on n’en trouve pas sur tous les spots), et le scooter  loué nous amènera de partout (même si vu les pentes routières incroyables pratiquées ici, il aura fallu le pousser un ou deux fois à la montée). Les fonds sous-marins sont ici très riches et très accessibles, les coraux démarrent dès le bord (pas de barrière de corail à atteindre), très peu de courants, et la mer est fréquemment d’huile. Logique que Kho Tao soit l’île des plongeurs (164 clubs de plongée sur une île bien plus petite que l’île de Ré). Deux déceptions toutefois : l’eau parfois trouble (pas dû qu’aux évacuations d’eaux usées douteuses dans certaines baies) et surtout le blanchiment des coraux dû à la pollution et au réchauffement climatique. C’est très esthétique, mais cela signifie leur mort progressive, comme en Australie où la grande barrière de corail est en train de disparaître. Ce pays, pourtant le plus pollueur en CO2 avec les USA, vient de mettre en place un programme pharaonique pour tenter de sauver la situation. En Thaïlande, no soucy, pas même pour les club de plongée qui en vivent.

Dans les grosses dimensions, nous avons croisé 2 tortues, et 2 requins pointes noires dont un de notre taille. Rencontres très amicales à l’opposée de celle que Phi a faite avec un baliste-Titan. On l’appelle aussi Baliste à moustache, mais pas eu le temps de vérifier. Alors que les balistes des Antilles sont presque aussi affectueux que les poissons perroquets, le Baliste-Titan d’ici peut-être très agressif : la veille, le moniteur de plongée s’était fait agresser devant nous et avait expliqué pourquoi. A la saison des amours, et nous y sommes en plein dedans, la femelle creuse dans le sable un cratère pour pondre. Le mâle garde le territoire autour du nid selon une forme inattendue : un cône inversé dont la pointe est le nid et la surface de l’eau la base. Ainsi, pour échapper à son attaque, il faut reculer au maximum horizontalement et surtout ne pas remonter à la surface car vous rentrez encore plus dans son cône. Et il a des arguments convaincants : il nage bien plus vite que nous malgré sa forme particulière, il possède des dents et surtout une nageoire épée sur le dessus (les anglo-saxons l’appellent poisson gâchette) qui se déplient en cas d’agression comme une gâchette. Celui qui m’a attaqué faisait 80 cm, a foncé depuis le fond droit sur moi et 5 cm avant de mordre mes palmes. Un plongeur a eu moins de chance, le Baliste-Titan lui a coupé l’oreille et ce dernier s’est fait un nom sur Kho Tao : Myke Tyson (le boxeur qui avait mordu l’oreille de son adversaire pour les plus jeunes).

Les photos du requin pointes-noires et du baliste sont d’internet car nous n’avons pas de gros matériel photo sous-marin. Pour une fois, nous avons limité le poids en achetant la pochette plastique dernier modèle de Décathlon étanche à 10 m pour smartphone. Nickel sous la pluie et en surface, toutes les commandes marchent parfaitement et les images sont bonnes. Sous l’eau, c’est toujours parfaitement étanche, mais les commandes tactiles, avec la pression de l’eau font absolument ce qu’elles veulent. On tente de maîtriser le concept, mais pour l’instant voici ce que cela donne avec ces poissons jaunes qui vont toujours par deux. So romantic !

Infos pratiques pou Kho Tao : Sûr que l’on vient à Kho Tao pour la plongée (les autres îles au Sud  comme Samui, Phangan, n’ont pas ou très peu de coraux). Mais l’île par elle-même est belle avec ses rochers ronds sur les plages de sable blanc. Certes certaines constructions au bord de la mer feraient tomber en dépression le moindre urbaniste français mais ce sont essentiellement des bungalows et la bétomania de type ‘Costa del sol’ n’a pas encore atteint Kho Tao.

– 2 Nuits dans un bungalow de l’Ao Leuk Brand Hill. Le site de rêve qui se mérite car aucune indication. Prendre le chemin minable à gauche en arrivant à la fin de la route de la plage d’Ao Leuk sur le parking, et ce malgré le panneau ‘Private’ ! Rejoignez la plage côté gauche. Et là, contre toute attente, vous allez tomber sur des bungalows à la vue magnifique (même dans les toilettes  pour certains !), spacieux, avec wifi fonctionnel dans chacun, belle terrasse, hamac et chaises longues… Belle salle de bains avec petite baie vitrée donnant sur la mer. Pas le luxe non plus (pas de frigo ni clim, mais les ventilateurs sont ok même à la saison chaude). Nuit à 1 900 B. Sur la plage d’Ao leuk, éviter les bungalows du centre et de droite mal entretenus.

– Plongée au French Kiss Dive Center, un des 164 centres de plongée de l’île mais certainement l’un des plus pros et l’un des mieux organisés, ce qui n’empêche pas une ambiance très sympa. Vous pourrez trouver un petit peu moins cher ailleurs mais ce ne sera pas aussi fiable ! 1 800 B soit 47 € environ les 2 plongées avec tout le matériel prêté. 8 600 B l’open water SSI en 2,5 jours. Si vous trouvez un meilleur prix dans le monde (avec cette sécurité là), prévenez-nous !

– Location de scooter : incontournable et très agréable pour bien appréhender l’île. même si parfois les pentes sont hyper raides au point de faire caler le scooter (il faut que la route aille à la plage 100 m plus bas, no soucy, ils tirent tout droit, pente à 45° no problem). Vu le prix des locations (A partir de 250 B la journée), ne vous en privez pas sinon vous dépendrez des taxis, quand il y en a, et ils en profitent copieusement question tarifs.  Il faut laisser son passeport en garantie. Donc prudence, car comme dans de nombreux endroits en Asie, vous vous retrouvez en position de faiblesse énorme lors du retour du scooter surtout si vous n’avez pas beaucoup de temps. Pour éviter les innombrables désagréments subis par certains comme de devoir payer une forte somme pour une rayure ou un autocollant sali (si si, s’est courant et çà nous est arrivé en Indonésie mais heureusement on avait du temps) : 1- Choisir un loueur à la réputation fiable en demandant à d’autres commerçants ou voyageurs. 2- Prendre en photo le scooter lorsque vous le prenez  3- Au retour, prévoir une marge de temps pour pouvoir négocier si vous devez prendre un bateau ou un bus dans la foulée.

Ah, au fait, sur cette île en particulier, les constructeurs de routes ne s’embarrassent pas avec les pentes, ils tracent direct. Les scooters n’apprécient pas toujours, donc en prendre un avec de la puissance si vous êtes à 2 dessus.

  

  

3 thoughts on “KHO TAO : AQUA d’en Haut, AQUA d’en bas

  1. J’ai bien noté la petite pique sur le matos PMT ! ;-P
    Moi aussi ça m’est arrivé de me faire courser par une baliste aux Andamans, ça fait un peu peur, même si sur le moment on a du mal à croire qu’on est en train de fuir un poisson à toutes palmes 😀 !!
    Des bisous xxx

    1. Et non Syg, ce n’était absolument pas une pique à ton égard, tu sais combien je partage ton combat contre les lois de la gravité question bagages ! C’est que emmener le masque et le tuba ma paraissait incontournable. Par contre, les palmes, çà a été un long dilemme intérieur. Et je dois avouer que, quand j’ai vu Joëlle embarquer absolument tout, sans se poser la moindre question, j’ai craqué…. Mais, j’ai quand même pris deux pointures en dessous pour les palmes sinon çà faisait trop grand. Bon çà serre un peu, mais le caoutchouc a pitié et s’adapte pas mal… et je ne risque pas de les perdre :-). Et rien que ce que cela nous a permis de voir à Kho Tao, je ne regrette pas, même on ne s’en servait plus du tout.
      Gros gros bisouxxxx à tous les quatre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *