Pourquoi nous avons adoré Santo Antao ?

D’abord pour çà, puisque c’est pour cela que nous sommes venus, et nous n’avons vraiment pas étés déçus ! Des paysages à couper le souffle sur toute l’île.

Et certainement cui a constitué nos meilleurs souvenirs : nous avons adoré les habitants de Santo Antao ! Accueillants, souriants, sympas, joyeux, toujours prêts à rendre service, honnêtes, avides de partager… Ils semblent heureux alors que leur niveau de vie est pourtant très faible. Beaucoup de familles par exemple, vivent en hauteur dans des habitations très sommaires, à des dizaines de minutes voire des heures à pied de la moindre route carrossable. heureusement, le tourisme tant qu’il reste raisonnable, amène des ressources non négligeables qui profitent vraiment directement aux habitants : logements et repas chez l’habitant, petits commerces, transports en aluger, guides de randonnée, artisans, paysans…). Le cercle sera vertueux, tant que les multinationales du tourisme ne viennent pas s’en méler.

La zone d’équilibre est étroite : l’ïle de Sao Vincente (Mindelo) , moins visitée, semble plus victime de délinquance. L’île de Sal, est elle devenue usine à touristes ce qui attire Chinois et Sénégalais, et ce qui semble peu profiter aux Cap-Verdiens.

Peu de pays en développement nous ont donné ce sentiment empathique : nous étions sur Santo-Antao lors des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Dès qu’ils se rendaient compte que nous étions Français, ils venaient tous nous réconforter !

Et pour ne rien gâcher, ils sont tous musiciens :

  

On a bien dit tous… ou presque :

Nous avons beaucoup apprécié la nourriture, en particulier les poissons … et les langoustes (il y a 8 demi-langoustes sous la garniture ci-dessous). Sans oublier les ponches (coco en particulier)

Les chiens errants sont nombreux mais eux aussi sont super cool et leur décontraction nous a souvent fait marrer :

     

 

Les maisons sont gaies à l’image des Capverdiens :

  

 

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *