SANTORIN : THIRASSIA

13 mai 2019 : Alors on vous explique. Nous voulions découvrir Thirassia, l’île habitée en face de l’île principale, de l’autre coté du cratère (carte ici). Mais nous voulions le faire tranquillement sans prendre les bétaillères minutées faisant la boucle avec le volcan central proposées dans toutes les agences.

 Tout le monde  nous indiquant que nous n’avions pas le choix, nous avons étudié les circulations sur la mer intérieure de Santorin lorsque nous avions loué le scooter le premier jour. Et nous avions remarqué un petit bateau faisant l’aller-retour entre Oïa et Thirassía. Donc aujourd’hui, direction Oïa pour tenter d’attraper ce petit bateau. Au petit port d’Ammoudi (cf post sur Oïa), on nous dit qu’il partira à 12h40. Il est 11h30, juste le temps de découvrir la plage d’à côté de Katharos Beach.

 

 

Elle est sympa, et sur les 500 m de plage (sable noir comme partout ici), nous sommes… 3. On prend le petit bateau avec beaucoup de Grecs, 2 touristes et un Anglais… qui s’est trompé. Il pensait aller à Fira où on l’attend. Le problème est que le bateau ne retourne pas avant 17h sur lîle principale… il a l’air très ennuyé mais garde son flegme britannique.

A bord, on est obligés de faire répéter le vendeur de billets. Car les excursions pour touristes en gros bateau de 100 passagers environ est à 40 € avec bateau classique, 82 € avec bateau en bois (avec juste un arrêt au cratère en plus). Et lui nous annonce … 2 € l’aller-retour.

La baie de Thirassia est magnifique. Nous descendons au pied, à Korfos, une ébauche de port avec un moulin et quelques maisons transformées en restaurants.

Une voiture est sur le quai. On se demande bien ce qu’elle fait là car aucune route ni chemin. Même la plage n’est pas circulable. Seule une calade empruntable par les humains et les ânes au village de Thirassia 200 m plus haut. Quel coin de paradis : nous avons toute la baie pour nous… pendant 1/2h. A 13h30 arrivent 6 bateaux chargés de centaines de touristes faisant le circuit vendu dans toute l’île. Sauve qui peut devant l’invasion… en grimpant en plein soleil les 200 m de dénivelé vers Thirassia en présupposant que peu nous suivront. Ouf gagné !

La calade est parsemée des crottes des ânes qui effectuent la montée et, moins odorant mais plus inquiétant, de blocs rocheux tombés de la falaise. La calade sert de filet de sécurité en fait mais cela fait froid dans le dos (ce qui climatise bien au fond vu la chaleur ambiante) non pas pour nous car notre passage est rapide mais pour les maisons de Korfos non protégés par la calade…

Thirassia dégage une impression étrange : mélange de maisons troglodytes (ci-dessous), de maisons abandonnées, et de maisons rénovées.

Un coté du cratère abonde d’hôtels (de luxe pour beaucoup), alors qu’ici, de l’autre côté du cratère, le village parait si pauvre puisque pas un seul touriste n’y dort. Les quelques revenus proviennent des restaurants de Korfos en bas qui ouvrent à 13h, et ferme à 15h quand les bateaux venus d’en face (la bande de terre grise en fond sur la photo;  les 2 îlots plus sombres à droite étant le centre du volcan qui émet encore des vapeurs soufrées) repartent vers Fira. 

Nous redescendons donc pour 15h histoire de retrouver le paradis au calme et savourer tranquille et les pieds dans l’eau, moussaka et souvlaki accompagnés d’un jus d’oranges fraîches. Nous rentrons en bateau sur Oïa en compagnie joyeuse, celle des serveurs Grecs de Korfos ayant fini leur  (1/2) journée. Et là, nous comprenons qu’ils prennent le bateau pour le port à la pointe nord de l’île de Thirassía  (escale avant Oïa) pour prendre ensuite les voitures et remonter par la seule route de l’île vers le village de Thirassía afin d’éviter de monter les 200 m de dénivelé à pied. Ce n’est pas très développement durable mais on peut comprendre que tous les jours, çà ne doit pas être évident…

2 thoughts on “SANTORIN : THIRASSIA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *