LANGEBAAN

Du 1er au 4 Novembre : Après avoir changé de voiture de location au Cap, nous partons pour Langebaan, une centaine de km au Nord, pour 3 jours cool dans en quelque sorte l’équivalent du Deauville du Cap, mais en plus ensoleillé : petite station balnéaire, villégiature pour cadres de la mégalopole où les kite surfs remplacent les chars à voile.

Juste à côté, le Parc National de West Coast peu connu pourtant très sympa, tout autour d’un lagon turquoise d’une vingtaine de km de long :

  

Les dunes blanches comme neige avançant sur la végétation ou la mer nous rappellent celles de Lancelin sur la côte Ouest de l’Australie : 

La plage à l’extrémité de la longue presqu’île est un cimetière de coquillage incroyable :

Soudain gros coup de frein : qu’est ce qui surgit sur la gauche à fond la caisse ? Une tortue qui traverse la route… . Bon d’accord, moins de frayeur que pour le kudu qui a bondi devant le capot à Kruger.  Mais tout de même, nous allons en voir traverser 4 autres par la suite… plus un serpent. 

Nous arrivons au chouette restaurant restauré du fond de la baie. La seule construction à 20 km à la ronde et il y a foule… devant la finale de la Coupe du monde de rugby entre l’Angleterre et l’Afrique du Sud. Probablement parce que le patron promet une réduction de 1% par point marqué par les Springboks.

Et c’est chaud : l’Afrique du Sud marque un essai.. que l’arbitre hésite à refuser. La tension est au top.  Puis au final les Springboks laminent les Anglais 32 à 12 : à 32 % de remise, on n’a pas su si le patron s’en mordait les doigts ou pas.

C’est l’euphorie, blancs et noirs un peu mélangés pour une fois, mais la ville ne croulera pas sous les klaxons le soir comme lorsque les français gagnent la coupe du monde de football.

Nous reprenons une activité normale dans le West Coast Park :

  

Nous faisons connaissance avec les immenses algues de plusieurs mètres de haut qui s’accrochent au fond de la mer et atteignent la surface grâce à une immense tige surmontée d’une sorte de flotteur. Elles sont souvent arrachées par la puissance des vagues. Nous en retrouverons plus tard plusieurs cimetières, dont un impressionnant au Cap de Bonne Espérance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *