Vers le CAP de BONNE ESPERANCE :

4 Novembre 2019on fonce vers le Cap de Bonne Espérance (à 70 km au Sud de la ville du Cap tout de même) tant qu’il fait beau car la météo est annoncée pourrie après demain, et demain est réservé pour l’ascension de la Table Mountain.  Nous commençons donc par passer sous le  »Lion » puis les  »12 apôtres »…

Puis Hout Bay …

La route à péage de Chapman’s Peak :

Nous débouchons coté Est de la péninsule vers Simon’s Town :

Simon’s Town est la patrie d’une colonie de pingouins dont on peut se demander pourquoi ils n’ont pas encore fuit l’urbanisation galopante de la ville. Ils sont tout petits mais pas autant que ceux que nous avions croisés à Philipp Island en Australie.

  

  

Nous en verrons beaucoup, plus au Sud de Boulders Beach en dehors du minuscule Parc National de Boulders. Ils ont anticipé le réchauffement climatique : on les croirait presque sur une banquise qui ne fondra jamais :

Quelques damans nous rendront visite aussi :

  

Puis nous pénétrons dans le Good Hope National Park où la végétation explose :

  

  

Un papa et ses autruchons trop mimis sont là aussi :

  

Au Cap de Bonne Espérance, nous retrouvons le vent violent qui nous avait lâché un peu les baskets pendant 2 jours :

  

Là nous avons notre première grande désillusion au Cap : le cap de Bonne-Espérance n’est pas le point le plus au sud de l’Afrique. Du coup, c’est ‘ most South-Western ‘  pour sauver l’image) . Même pas le point de division entre les océans Atlantique et Indien,  Cet honneur revient au délaissé Cap Aghulas (Aiguilles en Portugais), 160 km plus au Sud-Est.  Faut dire que ce dernier n’a rien de folichon, à part quelques épaves rouillées.

Bartolomeu Dias l’a d’abord baptisé « Cap des Tempêtes », nous savons comprenons pourquoi en voyant le gisement d’algues géantes arrachées à la mer. Le cap est ensuite rebaptisé par Jean II roi du Portugal en « Cap de Bonne-Espérance » car les Portugais ont désormais bon espoir d’arriver bientôt aux Indes.

Seconde désillusion : Bonne Espérance n’est même pas le cap le plus au Sud de la péninsule de Capetown, c’est  » Cape Point  » où vit une tribu de babouins qui nous montre comment fonctionne la hiérarchie chez eux : le dominé montre ses fesses au dominant, qui peut les palper ou les sentir avant d’accorder le passage au dominé. Et les fesses des femelles en chaleur, çà ne peut pas se louper :

   

Infos pratiques : La colonie de pingouins vit à la limite Sud de Simon’s Town sur la Boulders Beach. Il suffit de suivre les panneaux Penguins View. Vous devrez débourser 160 R pour les voir au milieu de la foule à l’endroit où il y en a le plus. Mais si vous prolongez vers le chemin aménagé sur la droite du guichet, vous en apercevrez quelques-un de très près, vous verrez les nids en plastique numérotés installés par les rangers, et aurez une très belle vue sur la plage de Boulders Beach dont l’accès se fait par le bout de ce chemin aménagé. . Il y a 25 ans, les pingouins étaient tous sur cette plage et on pouvait se baigner avec eux et quasiment les toucher.

L’entrée au Good Hope National Park est très chère : 320 R/p soit 20 €/p pour quelques km, et la route spectaculaire pour l’atteindre coté Ouest (Capman’s peak) est aussi payante (50R). Mais elle, vous pouvez la contourner au retour, en passant par l’intérieur ou mieux par l’Est pour de belles vues sur False Bay.  L’étranger paie quand même 4 fois plus que le Sud-Africain. Imaginez si en France on faisait payer les entrées aux musées 4 fois plus cher aux étrangers …et les Parcs Nationaux sont tous gratuits.

Prévoir une grosse 1/2 journée au minimum pour la péninsule car la boucle fait vite 150 km environ.

2 thoughts on “Vers le CAP de BONNE ESPERANCE :

  1. Ils montent par des des parties plus basses puis grimpent et en théorie, ils peuvent voler un peu. Ceci dit, on ne les a jamais vus voler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *