Nos plus beaux LACS

Lac du Kawah Ijen – Java – Indonésie : gravir le volcan Kawah Ijen fût pour nous une expérience inoubliable. Non pas que l’ascension soit difficile, au contraire une petit heure suffit. Mais arrivé au sommet, la vue est à la fois dantesque et magnifique. Un nuage de vapeur de souffre se déplace en fonction du vent au(dessus d’un lac d’un bleu turquoise tellement flashy qu’il semble artificiel :

Et puis l’on découvre la vie des porteurs de souffre qui remontent du fond du cratère des blocs de souffre aux couleurs semblant encore une fois totalement artificielles. Ils ne sont pas trop mal payés par rapport au reste de la population ici, mais la difficulté du portage laisse pantois. Revivre cette expérience avec nous.

 

 

5 Lacs de Gokyo – Everest Range – Népal :  Nous avons découvert la région de Gokyo lors d’un trek au pied de l’Everest. Nous voulions éviter la fréquentation du tracé jusqu’au camp de base. Et nous n’avons pas regretté. Les montagnes et les lacs y sont majestueux et nous étions peu sur le parcours. Ces lacs sont parait-ils les plus hauts du monde. Le premier lac de Gokyo  semble petit face aux géants de près de 8 000 m. 

Ci-dessus, le second et le troisième lac. Nous n’avons pas pu atteindre le 5ème lac à 5 700 m d’altitude, le vent, le froid, puis puis la fatigue et la neige nous ont contraints à faire 1/2 tour au quatrième. Notre mer de glace fait petit jouet à coté de l’immense glacier Ngozumba qui descend du Cho Oyo, sixième plus haut sommet de la planète. On voit bien ci-contre comment sa moraine latérale plaque le 3ème lac contre la montagne. La majorité des 5 lacs de gokyo s’est formée de cette façon.

Pour découvrir le trek de Gokyo, par ici.

 

3 Lacs du Kelimutu – Florès – Indonésie :

La renommée du cratère du Kelimutiu sur l’île de Florès vient de ses trois lacs, déjà spectaculaires par eux-mêmes , mais dont les couleurs changent. Ce phénomène est dû à l’activité du volcan toujours actif, en fonction des micro-algues qui les peuplent. Leur couleur attrayante ne doit pas faire oublier leur redoutable acidité : le corps du Néerlandais qui y est tombé il y a quelques temps s’y est dissous.

Ci-dessus le troisième lac, vert lors de notre passage. Le premier était turquoise, le second bleu laiteux et nous avons assisté au développement d’une tache rouge-orangé (sur la droite au premier plan de la 1ère photo)

Pour en savoir plus, suivez-nous.

Lac Abbé – Djibouti : Pas une goutte d’eau sur ces photos.  Le lac s’est tellement asséché avec le réchauffement climatique que ce qu’il reste d’eau s’est retiré à des dizaines de km de la berge originelle et l’eau est devenue inacessible. Mais les concrétions parfois encore chaudes et fumantes qu’il a laissé en se retirant donnent un spectacle féerique, un lieu hors du temps et hors du commun : 

Nous y avons été envahis par le nuage monstre de criquets qui a décimé les cultures de la corne de l’Afrique en 2019. Cela a duré un dizaine d’heures et nous ne pouvons vous raconter : c’est indescriptible. Des millions de criquets qui s’abattent d’un coup sur vous et disparaissent aussi subitement. Peut-être cette photo donnera-t-elle une idée de la densité (pour plus de photos vous pouvez cliquer ici) :

Lac de Carezza – Sud Tyrol – Italie : lac alpin situé  à environ 25 km de Bolzano, en bordure de la superbe région des Dolomites. Il est très facilement accessible

par la route nationale 241 du val d’Ega. Il mérite bien son surnom : arc-en-ciel  puisqu’il développe des couleurs magnifiques. Malheusement, l’accès à ses rives n’est pas autorisé, mais des plateformes sont aménagées au meilleur point de vue depuis la nationale. Question randonnées, vous pourrez vous rattraper sans problème dans les somptueux environs. Etonnamment,  ce lac n’a pas d’affluent : il est alimenté par des sources souterraines.

Lac Toba – Sumatra – Indonésie : Probablement le seul endroit au monde pour se trouver au bord d’un lac, situé sur une île (Samosir), elle même située sur un lac (Toba), lui-même situé sur une île (Sumatra). Lac de tous les records, le lac Toba est le plus grand lac de cratère du monde. Il s’est créé  avec l’explosion du plus gros super volcan de ces dernières 25 millions d‘années.

Lac Assal- Djibouti : Question couleurs, vous serez servis. Un feu d’artifice. Seule ombre au tableau d’ordre esthétique certes mais aussi social : les Chinois ont construit une usine sur les rives de cette merveille. Et cela ne profite en rien à la population locale puisque tout est expédié aussitôt, via une enclave chinoise dans l’état djiboutien.

Lac Karoum – Danakill – Ethiopie : Dans une des plaines les plus basses du monde, le Danakill à – 120 m, se situe le lac Karoum, un immense lac de sel non asséché pour le moment. Un monde très particulier qui devient enfin accessible depuis la fin du conflit entre l’Ethiopie et l’Erythrée. Le découvrir avec nous. 


   

En bordure du lac Karoum, au Nord, vous pourrez admirer deux autres merveilles géologiques : un canyon de sel ci-dessus, et un volcan, le Dallol, ci-dessous.

Lac rose – Western Australia : çà ne court pas les rues, les lacs roses. Pourtant en Australie,  il en existe au moins deux  : le lac Esperance plus au Sud de l’Australie, mais asséché à l’époque où nous étions en Australie et celui-ci, qui ne figure dans aucun guide. Nous sommes tombés dessus par hasard, parce que la forme de la lagune sur la carte nous intrigait.  Il se situe  près de Gregory, et est plus ou moins officiellement appelé Hutt Lagoon.

Comme à Esperance, une micro-algue donne à ce lac d’eau salée sa couleur rose-rouge unique et lui confère des reflets surréalistes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *